Discrimination, réactivité et sélectivité.

La discrimination, comment ça marche ?

On va faire simple. On pourrait faire le détail technique mais c’est chiant et pas nécessaire, ce qu’on veut ici c’est optimiser notre réglage, pas fabriquer une discri. Mais on va quand même passer par un peu de chiant pour bien comprendre.

La discri c’est comme une règle plus ou moins longue (ça dépend du fabricant) sur laquelle chaque centimètre est un métal identifié par une valeur de conductivité. Cette valeur de conductivité sera comparée avec celle reçue par la bobine lors du passage sur un objet métallique.

Votre détecteur fonctionne grâce au décalage de phase (voir le principe de fonctionnement d’un détecteur de métaux). C’est ce décalage qui une fois analysé va donner les infos à votre machine pour connaitre la nature du métal. Selon la nature du métal le décalage de phase sera plus ou moins grand. Le fabricant au moment de la conception de la machine lui indique des valeurs de références pour chaque segment de discrimination et elle se charge de comparer les deux valeurs afin de vous indiquer si la cible est bonne ou non. Ce système à ses limites bien sûr puisque la conductivité d’un métal peut être modifiée par plusieurs paramètres: minéralisation, oxydation, taille, orientation, association avec d’autres objets ou métaux, etc… Néanmoins il est de plus en plus précis et quand on connait sa machine on fait nous même le boulot que la discri ne fait qu’à moitié…

Bien sûr vous avez déjà compris que les métaux les moins conducteurs sont les plus facilement discriminable. Oui mais ne pas oublié les influence de l’ orientation, de l’ oxydation , etc… Un gros ferreux sonne parce que du fait de sa surface il devient un bon conducteur et forcément le décalage de phase change et donc l indice de conductivité relevé par la machine est faussé. C’est aussi à cause de cette particularité qu’il faut être attentif pour les métaux comme le billon, l’or ou encore le plomb…

Voici les métaux classiques du plus conducteur au moins conducteur:

  1. Argent
  2. cuivre
  3. Bronze
  4. Or
  5. Aluminium
  6. Nikel
  7. Plombs
  8. Fer

Discrimination et fréquence de détection.

Pas de panique ! Votre fabricant pense à tout ! Les valeurs de référence de votre machine sont établies en fonction de sa fréquence donc ne vous occupez pas de ça !

Je fais cet onglet tout de même pour vous éclairer sur le fait que selon la fréquence la pénétration dans le sol est différente et donc ça se ressent dans l’utilisation, selon la fréquence, la machine sera plus à l’aise sur certains type de métaux ou type de sols qui influent directement sur la discrimination puisque forcément le décalage de phase sera différent.

Ne vous focalisez pas la dessus, c’est une fiche technique il fallait le signaler mais les fabricants compensent ces problèmes et donc vous ne voyez quasi rien de ça. Je ne rentre donc pas plus dans le sujet juste bon à nous embrouiller.

Mais cela souligne l’importance encore une fois de faire connaissance avec votre machine avant de partir sur le terrain.

Est-ce que j’ai une bonne discrimination ?

Il faut déjà, et ça c’est la base, savoir ce que votre appareil a dans le ventre en matière de discrimination. Il rejette déjà des métaux à zéro ? Il prend tout à zéro ? Sa plage est courte ou étalée ? Oui je sais… Le fabricant ne vous dit rien ou presque. A vous donc de faire vos propres tests pour savoir sur quoi vous partez. Et je vous garanti que si vous comprenez cet élément de votre bécane vous allez multiplier vos trouvailles.

  • Vous allez gagner en sensibilité: Plus on met de discrimination et moins on va profond. On en parle pas de deux centimètres, vous pouvez faire d’un haut de gamme un gros bouzin qui va à 10 cm sur une napo…
  • Vous allez gagner en finesse: Une discrimination bien réglée c’est aussi plus de facilité pour identifier ou rejeter une cible.
  • Vous aller accepter plus de cibles: Moins on discrimine et plus on accepte de métaux donc de cibles.

Le test du tournevis: Il va donc falloir tester vous même. C’est facile ne vous inquiétez pas. Posez votre machine loin de toute source de parasite. Prenez un tournevis (tournevis assez fin et 12/13 cm de longueur) et passez le, pointe en avant, devant la tête de votre détecteur comme si vous étiez en prospection et montez la discrimination jusqu’à le rejeter, vraiment à la limite où on ne l’ entend plus, pas plus. Si vous avez la bonne taille de tournevis, vous arriverez à votre niveau de discrimination habituel. Ensuite, prenez un billon puis placez le à la garde du tournevis (juste avant le manche) et repassez.

Résultats: Si votre machine prend la monnaie, pas de doute vous avez une excellente discrimination. Si il ne la prend pas retentez en baissant la discrimination à un niveau acceptable (au niveau où vous jugez pouvoir identifier le ferreux) de rejet du tournevis puis repassez. Si il ne la prend pas c’est que votre discrimination n’est sûrement pas assez étalée dans la plage de ferreux  et  vous aurez des difficultés à prospecter correctement en terrain pollué. Il faut donc ralentir le balayage pour voir à quel moment on touche la monnaie. Ce test vous permet de comprendre comment adapter vos balayages selon le niveau de pollution du terrain et donc de prospecter correctement en fonction du niveau de discrimination de votre appareil, résultat garanti.

Mon petit conseil: Quand vous arrivez sur un terrain vous mettez votre discrimination au minimum. Si il n y a pas de ferreux c’est tout bénéf, aucune raison de discriminer. Mais c’est rarement le cas alors sortez quelques ferreux pour voir un peu à quoi vous avez à faire. Admettons que sur les dix trous d’essais la majorité sont des petits clous, bingo, montez votre discrimination pour éliminer ces clous, pas plus. Avec le temps vous verrez que le réglage est souvent le même ou presque. Ne cherchez pas à rejeter l’alu ou les gros ferreux, contentez vous de rejeter les petits ferreux. Le reste, faites « à l’oreille ».

Voilà, rien de compliqué dans le réglage mais on le néglige trop souvent en faisant au pif ce qui est une grosse erreur.

Qu’est ce que la réactivité ?

La réactivité, c’est la capacité de votre appareil à détecter une bonne cible au milieu des ferreux. Il se coupe et se réactive en fonction du temps dont il a besoin pour faire l’analyse du signal qu’il reçoit de la bobine. Plus il va vite et plus vous différenciez les cibles qui passent sous la tête rapidement et plus vous avez de chances de trouver en milieu pollué.

Exemple: Vous êtes en terrain pollué et une monnaie vous attend au milieu de clous. Si votre machine est suffisamment réactive, vous entendrez tous les ferreux et la monnaie. Inversement si il ne se réactive pas assez vite vous loupez des cibles qui passent inaperçue.

Test de l’ obole: Pour tester la réactivité c’est très simple, prenez un clou et une obole féodale que vous posez au sol à 20 cm du clou puis balayez normalement comme si vous détectiez en prenant le clou en premier et regardez à combien de centimètres il faut déplacer le clou pour prendre la monnaie. Profitez en pour faire le test en réduisant ou en augmentant la vitesse de balayage.

Voilà vous connaissez la réactivité de votre appareil. Là encore vous voyez concrètement comment bien cerner votre machine  va vous permettre de prendre plus de cibles intéressantes. Rien de bien compliqué mais très instructif !

Qu ‘est ce que la sélectivité ?

La sélectivité est la capacité de votre appareil à prendre les cibles en milieu pollué et prend en compte deux facteurs majeurs:

  • La réactivité: Le temps de coupure entre deux cibles.
  • La tête de détection: En effet si vous utilisez une DD, une concentrique ou une spider la sélectivité ne sera pas la même du fait des particularités de chacune. Une concentrique est plus précise que les deux autres, elle envoie un cône dans le sol, la spider elle envoie un cône plus étalé et la DD envoie sur toute sa surface.

On comprend ici l’importance d’avoir une tête adaptée à sa machine ! Mettre un grand disque sur une machine lente peut vous permettre de faire un champs rapidement en revanche vous allez laisser de nombreuses cibles sans vous en rendre compte. C’est plutôt sympa pour les copains qui passent derrière… Il est donc primordiale d’avoir une tête en rapport avec les capacités de sa machine, cela va optimiser ses performances.

Quelques questions/réponses.

Qu’est ce que le Notch ?: C’ est un mode de recherche qui permet de discriminer un ou plusieurs métaux. C’est une fonction supplémentaire sur certaines machines. Par exemple vous ne voulez prendre qu’un type de pièce, il suffit de l’indiquer à la machine en la passant devant le disque en la notchant et vous rejetterez tout le reste. Inversement vous pouvez garder tous les autres métaux et n’ en rejeter qu’un seul.

Monoton et multiton ?: Le son émis dans le casque est aussi un élément vous aidant à la discrimination. Une machine monoton n’aura qu’un type de son qui se nuancera selon la réponse du métal détecté. Un gros ferreux sonnera long et profond, une petite pièces sonnera court et net. Un détecteur multiton offrira plusieurs sons différents en fonction du métal rencontré vous permettant d’identifier rapidement la nature de la cible.

Mode SUM: C’est un mode dans lequel vous pouvez affiner un son. Une machine équipée du mode SUM possède une palette de sons en fonction de la palette de discrimination. Quand vous basculez en mode SUM le détecteur va analyser la nature de la cible plus précisément pour vous sortir un son spécifique au métal rencontré.

Conclusion.

Nous avons abordé les éléments de bases de la discrimination à connaitre sur votre détecteur de métaux pour mieux régler selon la situation. En faisant attention à tout ces paramètres et aux leçons que vous en avez tiré, vous devriez multiplier vos trouvailles quelque soit le matériel utilisé. Bien connaitre son matériel c’est la base d’une bonne sortie. Un appareil mal réglé ou mal utilisé par rapport à ses caractéristiques donne de piètres résultats, il est donc très important de faire connaissance avec votre appareil. Ça va vous changer la vie sur le terrain !

Un super détecteur de métaux mal réglée ne vaut pas une machine simple bien utilisée…

Enfin n’hésitez pas à poser vos questions par mail ou dans les commentaires et à apporter des précisions sur cet article si vous le souhaitez.

Suivre Greg.H:

Passionné par la détection de métaux, je vous accompagne dans la découverte de ce loisir pour améliorer vos sorties détection. Régler votre détecteur de métaux va devenir un jeu d'enfant...

Articles récents de

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.